RE-2020

La réglementation RE 2020 vise à ce que les constructions neuves soient plus respectueuses de l’environnement : Cette réglementation est communément nommée la RE 2020. Le texte rentrera en application le 1er janvier 2022 et concernera progressivement les logements individuels et collectifs ainsi que les bâtiments du secteur tertiaire.

La RE 2020 vise à la suppression de l’usage du gaz dans les constructions neuves

Avec la RE 2020, le gouvernement vise à écarter définitivement l’utilisation du gaz dans les constructions neuves. Pour atteindre les objectifs de neutralité carbone, la nouvelle norme introduit un plafond d’émissions de GES (gaz à effet de serre) pour les maisons individuelles à 4 kgCO2eq/m²/an, dès l’entrée en vigueur de la RE 2020. En outre ce seuil vient de fait écarter l’usage du gaz et favorise le chauffage urbain. Par conséquent, le gaz sera éliminé de toutes les constructions neuves en 2024 alors que la loi sera directement applicable pour les maisons individuelles neuves.

En revanche, le plafond qui concerne les logements collectifs est plus élevé, 75 % de ces logements collectifs sont chauffés par le gaz. Ce plafond est fixé à 14 kgCO2eq/m²/an dès l’entrée en vigueur de la RE 2020 pour atteindre un seuil maximal de 6 kgCO2eq/m²/an dès 2024.

Le solaire sera donc de mise, tout comme les pompes à chaleur, les solutions hybrides, etc.

La RE 2020 s’appliquera progressivement dès 2022

Dès 2022, un décret et un arrêté seront déposés pour la mise en application de la RE 2020, il s’agit d’un ensemble de normes qui visent à ce que les constructions neuves soient plus respectueuses de l’environnement.

En revanche, les professionnels du bâtiment seront soumis à des règles strictes qu’ils devront bien appréhender pour agir en conformité avec les attendus, le calendrier prévu de la mise en application se poursuivra jusqu’à 2030.

Prioritairement, pour les permis de construire déposés avant l’entrée en vigueur de la norme, la RE 2020 ne s’appliquera, dans un premier temps, qu’aux logements, aux bureaux et à l’enseignement. 


La réglementation environnementale 2020 en faveur de matériaux bio-sourcés

La RE 2020 introduit la notion de calcul du cycle de vie des matériaux, qui favorise ainsi les matériaux biosourcés comme la structure bois, le parquet, le bardage, le lambris, les isolants comme le liège, le chanvre, les fibres de bois et la cellulose. Dans le même temps, le béton et l’acier sont défavorisés, mais le recul de l’usage de ces matériaux sera lissé dans le temps et fera l’objet d’une disparition progressive afin de permettre aux professionnels du bâtiment de s’adapter.

Le gouvernement va ainsi introduire un calcul du cycle de vie mesuré en kgCO2/m² de surface de logement, en vue de déterminer les exigences issues de la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC)

Ainsi, les émissions des secteurs industriels devront diminuer d’au moins 30 % en 2023 en référence à 2013 et la valeur de l’indicateur carbone dynamique (indicateur de stockage carbone) sera bientôt annoncée.

Pour la période de 4 ans de 2020-2024, le gouvernement accorde un temps d’adaptation à la filière, avant de laisser place à des objectifs plus ambitieux

Les objectifs 2024 – 2027 et 2030

  • -15 % de contenu carbone en 2024.
  • -25 % en 2027.
  • -30 à 40 % en 2030.

La mise en application de la RE 2020 et ses objectifs sera différencié entre les secteurs avec un calendrier plus rapide pour les maisons individuelles et progressive dans les bâtiments à usage collectifs et tertiaire.


Le confort en période estivale comme nouvelle priorité

La RE 2020 focalise son attention également sur le confort en période d’été notamment en ce qui concerne plus précisément le besoin de rafraîchissement. Ce besoin est d’ailleurs introduit dans ce que l’on nomme le Bbio ,besoin bioclimatique et reposera sur une modalité de de calcul basé sur l’évolution prévisible des températures dans les années futures.

Un nouvel indicateur va donc être crée, exprimé en Degré par Heure (DH) dont le calcul sera effectué lors de la phase de conception des bâtiments. Ce seuil est fixé à 350 DH. Au-delà de ce niveau de DH, le projet devra faire l’object d’une modification, en ajoutant un système de ventilation par exemple.

En revanche, le seuil fixé par le gouvernement étant identique quelle que soit la région de France, le gouvernement a prévu la possibilité de recourir à des matériaux non biosourcés dans les régions aux températures les plus élevées.